Maison en A
Se Loger

Vaincre La Crise Du Logement

Les prêts complémentaires

Première solution pour faire face à la crise du logement : les prêts complémentaires.
Disponibles selon votre profil (vos ressources, votre emploi ou encore votre projet immobilier), ils permettent de réduire considérablement vos coûts d’emprunt.

C’est le cas par exemple du Prêt à Taux Zéro (PTZ), un dispositif de soutien à l’accession à la propriété des ménages à revenus modestes et intermédiaires.
Encore disponible cette année, il devrait être prolongé jusqu’à 2024.

On recense également d’autres prêts complémentaires : le prêt d’accession sociale, le prêt patronal 1% ou Action Logement, le prêt fonctionnaire, le prêt Plan Epargne Logement (prêt PEL), le prêt conventionné,…

Pensez aussi à vous renseigner auprès des collectivités territoriales dont vous dépendez (communes, départements, régions, collectivités) car ces acteurs peuvent aussi octroyer des prêts.

Investir dans l’ancien et notamment les passoires énergétiques

La loi Climat et Résilience l’a statué en début d’année 2023 : les passoires énergétiques sont désormais interdites de location, aujourd’hui pour les G+ et dans les années à venir pour les autres biens classés F ou G.

Pour tous ces biens, une décote est observable. Et cette baisse de prix d’achat peut se révéler très intéressante pour les acheteurs puisqu’elle ouvre une fenêtre de négociations en fonction du coût des travaux.
Après les travaux, louez au juste prix et vous aurez complètement tiré parti de cette décote allant de 3 à 30% selon les régions et les classes énergétiques des biens.

Aussi, en cumulant avec certaines aides comme l’éco PTZ ou MaPrimeRénov’ pour financer à moindre coût les travaux de rénovation énergétique, vous pourrez rattraper la « moins-value ».

Tout le succès de votre investissement repose donc sur l’équilibre entre le prix d’achat du bien (et en ce moment les prix sont à la baisse), le coût de votre emprunt, le potentiel locatif, le montant des travaux de rénovation (qui dépendra largement de l’ampleur de la rénovation et de la qualité des matériaux employés).

Le retour de la déductibilité des intérêts d’emprunt

C’est une mesure qui a déjà fait ses preuves en 2010 : la déductibilité des intérêts d’emprunt pourrait être de retour alors que les taux d’intérêts sont constamment à la hausse.

Cette mesure pourrait être puissante et redonner un peu de pouvoir d’achat aux ménages.

La Fédération française du bâtiment (FFB) demande d’ailleurs, pour l’immobilier neuf, “l’instauration d’un crédit d’impôt de 15% sur les cinq premières annuités d’emprunt” pour “compenser l’impact de la réglementation environnementale 2020, entrée en vigueur début 2022” et qui vise à décarboner la construction de logements.

Acheter dans le neuf pour des biens aux normes et une fiscalité avantageuse

Pour faire face à la crise du logement, l’immobilier neuf est également plébiscité.

Il faut dire qu’il a l’avantage de proposer des logements répondant aux dernières normes de construction (économie d’énergie, isolation thermique et acoustique,…) et ne nécessitant pas de travaux.
Les logements sont aussi accessibles aux personnes à mobilité réduite, et sont garantis 10 ans pour le gros œuvre dans le cadre de la garantie décennale et 2 ans pour les équipements dans le cadre de la garantie biennale.

Côté fiscal, un achat dans le neuf est également intéressant : frais de notaire réduits (2,5% du prix d’achat contre 8% dans le neuf) et dispositif fiscaux tels que Pinel pour booster les investissements dans le neuf.

Fondatrice du blog - Solutions Alternatives

site de rencontre suisse vaud