Réutiliser Les Objets Usagés

Marie Kondo, la papesse du rangement, prône également des gestes plus durables au quotidien.
Marie Kondo, la papesse du rangement, prône également des gestes plus durables au quotidien. Variety / Penske Media via Getty Images

Interview – À l’occasion d’une collaboration avec la marque Barilla, la consultante japonaise nous a accordé un entretien exclusif. L’occasion de la questionner sur ses principes d’organisation mais aussi sur des gestes de «recyclage» qui font du bien comme prolonger la vie de boîtes de pâtes vides.

À la mi-mars, à l’occasion de la Journée mondiale du recyclage, Barilla annonçait une collaboration inattendue avec Marie Kondo, la papesse du rangement. Pour la célèbre marque de pâtes italienne, la consultante japonaise a réfléchi à des solutions de recyclage des boîtes alimentaires vides.

Madame Figaro.- Pourquoi cette envie de donner une seconde vie à des boîtes de pâtes qui finiraient normalement dans la poubelle du recyclage ? Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce projet ?

Marie Kondo.- J’utilise souvent des boîtes inutilisées pour organiser les tiroirs et autres rangements de mes clients. C’est comme ça que je me suis rendu compte qu’il était stimulant et valorisant d’attribuer un rôle nouveau à des contenants ayant eu une première vie. Quand Barilla m’a approchée, j’ai compris que j’avais, avec la marque, la possibilité de prolonger l’existence des boîtes de pâtes qui finissent habituellement à la poubelle dès qu’elles sont vides.

Or, elles permettent, finalement, comme je le préconise, d’envoyer des colis d’objets, vêtements d’occasion vendus et achetés sur les plateformes. Ce geste est pratique et économique. Cette collaboration entre Barilla et moi est surtout l’occasion d’introduire dans le quotidien de nouveaux réflexes respectueux de l’environnement et de prolonger la vie d’un objet «jetable», de retarder le moment où il deviendra un déchet.

Comme le rangement, la réutilisation des objets apporte-t-elle un sentiment de paix ? Pourquoi le rangement nous fait-il nous sentir mieux ?

Je crois que ranger et prendre soin de ses affaires, c’est aussi prendre soin de soi. Et réutiliser les objets, est aussi une façon d’en prendre soin, de prolonger leur usage. Cela améliore également l’image que vous avez de vous-même et vous apporte donc un sentiment de paix.

Pourriez-vous nous rappeler quelques-uns de vos principes de rangement et revenir sur les grands axes de votre méthode ?

La méthode KonMari se caractérise par le fait de «choisir ce qui suscite la joie», de «ranger par catégories» et de «laisser partir les objets avec gratitude». S’entourer d’objets qui suscitent de la joie ne rend pas seulement la vie quotidienne plus agréable, cela affine la capacité à choisir et c’est également une satisfaction ! Et cette philosophie peut s’appliquer à toutes les sphères de l’existence : les amis, le travail…

Cette philosophie peut s’appliquer à toutes les sphères de l’existence : les amis, le travail

MARIE KONDO

Vous dites que les objets qui sont importants pour nous dégagent une énergie positive : pourriez-vous nous expliquer pourquoi et comment nous pouvons utiliser cette énergie dans notre vie quotidienne ?

Si un objet est précieux pour vous, il vous rend heureux ou vous procure des sentiments positifs rien qu’en le regardant. Car, lorsque nous sommes entourés d’objets que nous aimons, nous nous sentons soutenus au quotidien par ces objets : ils nous sont utiles parce que beaux, pratiques à nos yeux. En somme, ils nous aident.

Cet art de vivre autour du rangement signifie-t-il aussi consommer moins ?

Réduire la consommation n’est pas le but du rangement, mais il est vrai que le rangement a souvent pour conséquence de la limiter. Quand on range, on commence à voir ce qui compte vraiment pour soi. Lorsque vous savez ce qui vous rend heureux, ce dont vous avez réellement besoin, vous êtes moins susceptible de faire un achat inutile. Par conséquent, vous avez tendance à moins consommer après avoir rangé.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de changements d’attitude vis-à-vis de la consommation résultant de votre travail ?

L’une de mes clientes aimait faire du shopping et avait l’habitude d’acheter beaucoup de vêtements à chaque saison. Lorsqu’elle a fait du rangement, elle s’est rendu compte de deux choses : elle avait déjà suffisamment de vêtements qui lui procuraient de la satisfaction et sa vie était remplie avec ce qu’elle avait déjà. Après avoir réalisé cela, elle a décidé de ne pas acheter de vêtements pendant un an. Ce qu’elle a réussi à faire sans effort. Je pense que cela montre bien combien ranger permet de comprendre clairement ce qui est vraiment important et donc d’adopter des comportements plus durables.

Puisque vous travaillez avec Barilla, parlons de la cuisine : c’est une pièce très particulière. Quelles sont vos astuces pour la garder rangée et en même temps fonctionnelle ?

Vous pouvez appliquer les bases de la KonMari Method à la cuisine : c’est-à-dire choisir ce qui suscite la joie et la satisfaction. Dans la cuisine, on trouve souvent des aliments périmés depuis longtemps.

Il faut s’en débarrasser puis se mettre à ranger par catégories. On débute en définissant de grandes catégories comme les ustensiles pour manger, les ustensiles pour cuisiner, les aliments…

Puis on divise chacune d’elles en sous-catégories : dans les ustensiles de cuisine, par exemple, on trouvera les plats mais aussi le petit électroménager. Ce mode de pensée permet de décider aisément des endroits où l’on va ranger son matériel. Et bien sûr, on pense également à l’accessibilité des équipements : dans la cuisine il faut que l’on puisse aisément sortir et ranger les objets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut