Astuces Contre L’inflation

« Je choisis des produits locaux en direct du producteur sur le marché », nous explique Marie. « Pour de nombreux produits, on a une excellente qualité au prix de l’entrée de gamme du supermarché (voire moins ) tout en participant à l’économie locale et en respectant l’environnement : moins de transport, moins d’emballage, des légumes de saison qui n’ont pas nécessité de serres chauffées et éclairées, tout le monde est gagnant. »

Bon plan pour les marchés : y aller tout à la fin, quand les commerçants remballent. Ils laissent parfois derrière eux des légumes ou fruits « moches » qui sont tout à fait comestibles. Certaines associations de glaneurs en font même des collectes pour les proposer ensuite en dons ou à tout petit prix.

Passage obligé pour de nombreuses familles, le supermarché regorge de pièges qui vont venir plomber le montant de nos courses.

Première chose à savoir : si on a un budget serré et que l’on veut éviter les craquages, on ne fait pas ses courses en ayant faim. Déambuler le ventre vide dans les rayons, c’est l’assurance de glisser dans son charriot des produits à satisfaction immédiate, sucrés ou salés. L’addition peut grimper très vite.

Deuxième précaution à prendre : on fait une liste avant de partir et on s’y tient. Partir le nez au vent au magasin est là-aussi une source de craquages. Si on ne sait pas ce qui nous manque, on va avoir tendance à sur-acheter et donc sur-dépenser. Cette technique, Stéphanie l’a adoptée et vante son efficacité : « Je fais la liste de ce qui reste dans les placards, frigo, congélateur. Puis je fais la liste des repas avec ce que j’ai en stock. Et ensuite, je fais une liste de courses ».

Je fais ma liste de courses dans le sens des rayons du magasin que je fréquente pour ne prendre que le nécessaire.

Stéphanie
Au supermarché, pensez à commencer vos courses par les bacs ou armoires dates courtes. A cet endroit, vous allez trouver des produits à consommer rapidement ou à congeler (bien vérifier sur l’emballage qu’ils n’ont pas été décongelés déjà) avec un rabais important. Astuce particulièrement intéressante après les fêtes quand des produits « exceptionnels » deviennent accessibles : foie gras, saumon, magrets…

Autre conseil : se méfier des têtes de gondoles. Pour comparer les produits en rayon, il faut absolument regarder leur prix au kilo ou au litre. En effet, certains packagings peuvent être trompeurs – sans compter que depuis la crise, certains industriels ont réduit les quantités de certains produits sans le mentionner sur leurs emballages – et ce qui est présenté comme une bonne affaire dans l’allée centrale peut coûter moins cher dans un conditionnement différent quelques mètres plus loin.

Si votre supermarché le propose, vous pouvez aussi acheter certains produits en vrac. Cela vous permettra de n’acheter que la juste quantité dont vous avez besoin. A contrario, certains d’entre vous préféreront acheter en lots : là encore vérifiez bien le prix au kilo pour voir si l’offre est réellement intéressante.

Enfin, et vous le savez sûrement, pour économiser sur son panier de courses, privilégier les aliments non transformés et cuisiner reste un bon moyen de se nourrir plus sainement et sans surcoût.

NOUS anti-gaspi, les courses solidaires

Éviter le gaspillage, c’est le but de la chaîne de magasins NOUS anti-gaspi. Marque solidaire, engagée et construite en collaboration avec une trentaine de producteurs, elle propose des produits alimentaires (parmi d’autres références) issus de la production française.
Dans les rayons, on trouve des produits de qualité avec parfois quelques défauts : des œufs de petit calibre, des fausses coupes et des chutes de tranchage de jambon et de lardons, des saucisses dont l’aspect ne correspond pas à des normes esthétiques, des fromages dont le poids est hors calibre, du café en grain contenant un certain pourcentage de brisures, du cidre issu d’un surstock de pommes, des produits avec des emballages obsolètes…
Les fruits et légumes “moches” ont aussi leur rayon.
Présent en Bretagne depuis 2018, NOUS anti-gaspi reçoit des arrivages aléatoires des producteurs. L’occasion de découvrir des produits absents des supermarchés traditionnels à un prix attractif.

C’est une technique en vogue : répartir son budget en liquide dans des enveloppes. Cette façon de faire a séduit beaucoup de consommateurs qui y voient l’avantage de maîtriser leur budget alimentaire.

Conseil : pour définir ce que vous allez mettre dans l’enveloppe « nourriture », reprenez vos dépenses alimentaires des derniers mois et faites-en une moyenne. Le but n’est pas de vous affamer si l’enveloppe est vide trop rapidement. C’est peut-être le signe que vous avez sous-estimé ce poste de dépenses.

On trouve dans le commerce des kits d’enveloppes budget préparées mais outre l’aspect esthétique, une bonne enveloppe toute simple fait l’affaire.

Si vous avez des bons de réduction, même principe. Vous préparez vos courses en tenant compte des ristournes possibles. Si vous avez un peu de temps, l’utilisation de ces coupons peut se révéler très intéressante. Surtout que, sur internet, de nombreux influenceurs partagent leurs conseils.

Les applis anti-gaspi : mode d’emploi

Apparues il y a quelques années, les applications anti-gaspi permettent de récupérer à moindre coût des invendus dans des boulangeries, des supermarchés, chez quelques restaurateurs.

Leur fonctionnement est simple : le commerçant met en ligne des paniers à récupérer et on achète via l’application. L’application la plus connue c’est Too Good To Go. L’inscription en ligne est gratuite. Vous pouvez géolocaliser et définir un périmètre de recherche pour vos paniers. Il y a même un retour des utilisateurs qui commentent ce que leur panier contient réellement et la qualité des produits.

Vous allez y trouver beaucoup de paniers de pain et viennoiseries, de légumes, de snacks des supermarchés ou des stations-service mais aussi des paniers « produits de la mer », « boucherie-volaille » et même des paniers « fleurs » ou « bières » !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut