Solutions Pour Lutter, Contre Le Réchauffement Climatique

1) Modifions nos habitudes alimentaires !

Pour limiter l’impact de notre alimentation sur le climat, privilégions autant que possible les fruits et légumes de saison. En effet, ils génèrent en moyenne 7 fois mois de GES que les produits cultivés sous des serres chauffées.

De nombreux calendriers de fruits et légumes de saison sont disponibles pour nous guider dans nos achats.

2) Réduisons notre consommation de viande !

Contrairement à une idée reçue, les protéines ne sont pas uniquement présentes dans les viandes ou les produits d’origine animale. On les retrouve, notamment, en quantité élevée dans certains végétaux tels que les légumes secs, les graines ou les fruits à coque.

Soyons curieux et expérimentons une recette végétarienne au moins une fois par semaine.

Food_2-1024x628
©Yann Arthus-Bertrand, Parc d’engraissement de bovins, Département de Rio Negro (Uruguay)

3) Luttons contre la déforestation !

Certains labels garantissent une gestion durable des forêts. En achetant des produits (papier, meubles, etc.) portant le label Forest Stewardship Council (FSC) ou Programme Européen des Forêts Certifiées (PEFC), nous pouvons contribuer à la préservation des forêts et limiter ainsi les émissions anthropiques de GES.

4) Préservons les océans !

Pour lutter contre le changement climatique, nous devons préserver les océans.

Pour cela, chacun de nous peut agir au quotidien. Par exemple, nous pouvons acheter des produits ménagers respectueux de l’environnement afin d’éviter de déverser des produits chimiques polluants dans les océans.

Climate_1-1024x629
©Yann Arthus-Bertrand, Barrière de corail, Queensland (Australie)

5) Consommons de l’énergie propre !

Pour réduire notre impact sur le climat au quotidien, nous pouvons faire le choix d’une énergie propre, issue de ressources renouvelables.

De plus en plus de fournisseurs d’énergie encouragent leur développement : favorisons-les dès que possible pour réduire nos émissions de GES au quotidien.

6) Réduisons nos consommations d’énergie !

Une étiquette énergie classe les produits en fonction de leur consommation d’énergie. Ce classement est symbolisé par une lettre. Les plus économes en énergie et donc les plus respectueux de la planète sont classés A+, A++ et même A+++ ! Par exemple, un appareil classé A++ consomme 45% d’énergie en moins qu’un appareil classé A.

7) Trions nos déchets !

Le meilleur déchet reste celui que nous ne produisons pas ! Pour cela, de nombreuses solutions existent : s’interroger sur la nécessité de nos achats, privilégier les produits en vrac ou sans suremballage, préférer les éco-recharges, etc.

8) Passons à l’économie circulaire !

Nous pouvons à notre échelle modifier nos modes de consommation pour lutter contre le réchauffement climatique. En s’appuyant sur le principe des 3 R : Réduire, Réutiliser et Recycler nous pouvons réduire considérablement nos quantités de déchets et éviter de produire inutilement de nouveaux objets.

Mobilier, textiles ou électroménager, tous nos produits de consommation quotidiens peuvent être réparés ou trouver une nouvelle vie grâce au recyclage.

Climate_3-1024x631
©Yann Arthus-Bertrand, Jeunes filles portant des eaux en pays dogon (Mali)

9) Utilisons des modes de transport doux !

Privilégier les transports en commun, les véhicules électriques ou faire du covoiturage sont des solutions efficaces pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre lorsque nous nous déplaçons.

Les meilleures solutions restent évidemment le vélo et la marche à pied, à la fois écologiques, économiques et bonnes pour la santé.

D’ailleurs, une enquête de l’ADEME révèle que la moitié des déplacements en voiture font moins de 3 km, une distance parfaitement calibrée pour le vélo et la marche.

10) Compensons nos émissions carbone !

Depuis 2006, le programme Action Carbone Solidaire de la Fondation GoodPlanet a pour mission de lutter contre le réchauffement climatique en développant des alternatives durables et économiquement viables aux activités polluantes, au profit des populations les plus défavorisées.

En soutenant ces projets de compensation carbone volontaire, nous pouvons tous contribuer à la lutte contre le changement climatique.

Pourquoi lutter contre le réchauffement climatique ?

Quels sont les dangers du réchauffement climatique…

L’effet de serre s’intensifie et le réchauffement climatique a des conséquences sur tous les pays et leur développement. 

… sur la planète ?

La montée des températures

Depuis la fin du XIXème siècle, elle a déjà augmenté de +0,8 degré. Les différentes canicules le montrent.

L’élévation du niveau de la mer 

Les glaciers reculent et fondent, ce qui contribue à élever le niveau de la mer. L’Arctique a vu sa superficie fondre de 30% depuis les années 1980. Le taux moyen d’élévation de la mer est aujourd’hui de +3,3 mm/an.

L’augmentation des précipitations

Davantage de pluie et de sécheresses (plus longues et plus fréquentes) et encore moins de débit pour les fleuves. Or, les centrales thermiques nucléaires ont besoin d’eau pour se refroidir, ce qui à terme questionne aussi notre besoin en électricité.

L’acidification des océans

Les scientifiques ignorent les effets de l’acidification des océans mais c’est un phénomène  dû au CO2 excédentaire qui se dissout dans les eaux de surface.

… sur les Hommes ?

Comme les meilleurs scénarios catastrophe issus de la sphère cinématographique l’ont montré, le bilan humain n’est pas des plus favorables. En effet, d’une part, les événements météorologiques accrus ont un effet sur l’homme ; déplacements de populations et réfugiés climatiques.

 Ces derniers se comptent à plus de 20 millions par an, au cours de la dernière décennie.

D’autre part, les événements météorologiques affectent le rendement agricole qui chuterait drastiquement dans un scénario catastrophe. Les sécheresses et inondations provoquées entraînent avec elles une hausse des prix des denrées alimentaires.

L’accès à la nourriture pour des milliers de personnes est plus difficile, ce qui creuse encore plus les inégalités entre les pays.

Retour en haut