Potager
Jardinage

Commencer Un Potager Quand On Est Novice

Comment préparer son potager : les notions de base

preparer-son-potager-hiver

Emplacement du potager

  • L’idéal est de créer son potager sur une surface plane,
  • choisissez une exposition ensoleillée,
  • assurez-vous que la parcelle soit à l’abri du vent.

Superficie du potager

Pour un potager qui couvre vos besoins en fruits et légumes toute l’année, on compte généralement 50m² par personne. Il est cependant judicieux de commencer avec des dimensions moins importantes, le temps que vous vous fassiez la main si vous débutez.

Il faut aussi faire en fonction de la place disponible et du temps que vous pouvez consacrer à l’entretien de votre potager.

Si vous manquez d’espace, vous trouverez dans le commerce des carrés potagers à cases, ou des potagers verticaux. Dans ce cas, mélangez de la terre de jardin à un bon terreau pour préparer vos cultures.

Désherber le sol : période et méthode

La première étape pour préparer son potager en pleine terre est le nettoyage et le désherbage du sol, de préférence en automne. Plusieurs techniques naturelles et astuces de jardin existent :

  • Couvrir votre parcelle avec une bâche de paillage, ou une toile tissée. Cette dernière option est plus efficace puisqu’elle laisse circuler l’air, mais filtre la lumière. Sans lumière, les mauvaises herbes et le gazon meurent.
  • Couvrir le sol de déchets de tonte ou de broyats, en recouvrant votre potager d’environ cinq centimètres.
  • Autrement, il vous reste la bonne vieille méthode qui consiste à arracher les adventices à la main (faites attention à bien prendre la racine), ou à l’aide d’une serfouette ou d’une griffe. Retirez aussi les feuilles mortes et autres brindilles de bois éventuellement présents.

Décompacter et aérer le sol

preparer-son-potager-materiel-equipement-outils

Un sol doit être léger et bien aéré pour pouvoir être amendé et recevoir vos plants et semis.

  • Il faut donc décompacter délicatement le sol pour l’assouplir, en le retournant à l’aide d’une grelinette, d’une fourche bêche, d’un motoculteur ou motobineuse.
  • Retirez ensuite les pierres, cailloux et racines, afin de nettoyer au mieux votre futur potager.
  • N’émiettez pas les mottes restantes et ne ratissez pas à cette étape.

Caractéristiques et modification du support de culture

preparer-terre-potager-automne

Peut-on cultiver sur n’importe quelle terre ? Oui ! Cependant le traitement, l’apport en nutriments et l’entretien du sol sera différent selon sa nature.

  • Sol humifère : riche en humus, c’est un sol acide, léger et frais qui retient bien l’eau. Il est marron foncé à noir, de texture spongieuse et dégage une légère odeur de champignon lorsqu’il est humide. On le reconnait aussi aux plantes qui y poussent spontanément comme le genêt, la fougère, la mousse, l’ortie ou les boutons d’or. Ce type de sol est très fertile et facile à travailler. Les carottes, tomates, pommes de terres, salades, l’ail, le céleri, le poireau ou les fraises aimeront s’y développer. Néanmoins, il se dessèche facilement en cas de températures élevées et à tendance à s’appauvrir rapidement. Il faudra donc penser à bien arroser votre potager en été, et à amender régulièrement le sol avec des matières organiques ne contenant pas d’azote puisqu’il en contient déjà beaucoup.
  • Sol argileux : riche en éléments minéraux, lourd, compact et peu drainé, il retient bien l’eau et peut être difficile à travailler. La présence de pâquerettes, liserons et joncs vous permet de savoir que votre sol est argileux. Sa texture lourde et “modelable” permet aussi de le reconnaitre facilement. Il absorbe difficilement l’eau et peut se craqueler en été. Pour le rendre plus perméable et plus léger, apportez-lui du fumier de cheval ou du compost en surface. Les artichauts, aubergines, chicorées, les choux, la tomate ou encore les épinards, fèves, pois, radis et haricots s’y plairont beaucoup.
  • Sol sableux : sec, léger et pauvre en éléments nutritifs, ce type de sol a une mauvaise capacité de rétention d’eau mais se réchauffe très vite. Il est reconnaissable à sa couleur brun clair, sa texture inconsistante et friable, et à l’absorption immédiate de l’eau qu’il reçoit. Y poussent naturellement le chiendent, l’oxalis des fontaines ou l’armoise. Pour fertiliser cette terre de potager et lui donner de la consistance, ajoutez-lui très régulièrement du compost en période de pousse, et cultivez de l’engrais vert entre deux cultures. La plupart des herbes aromatiques, l’ail, l’oignon, l’échalote, les carottes ou panais pourront y être cultivés.
  • Sol calcaire : brun très clair voire blanchâtre, très léger et peu acide, il contient une multitude de cailloux et pierres. Comme pour le sol sableux, la meilleure façon d’améliorer la structure de cette terre est de lui associer du fumier de bovin, de cheval, ou du compost. Les aubergines, carottes, choux, oignons, pommes de terre ou la tomate et les salades se développeront parfaitement dans ce support de culture.

Amender le potager

L’amendement du sol est une étape primordiale afin que celui-ci puisse accueillir vos semences et végétaux, et les nourrir.

Privilégiez les engrais naturels, comme le compost et le fumier, qui contiennent de l’azote, du potassium, et sont beaucoup plus sains pour l’écosystème et pour vous-même, mais aussi économiques. Ces matières organiques permettent également d’améliorer la structure du sol. Commencez à enrichir votre parcelle potagère à l’automne.

Le compost

Le compost est le résultat de la décomposition de différentes matières organiques (déchets verts, déchets ménagers, épluchures). C’est à l’automne que vous devrez recouvrir toute la surface du potager de compost, pour le fertiliser avant l’hiver.

  • Le compost enrichit le sol en éléments organiques (comme l’engrais), améliore la stabilité du sol, sa structure, sa fiabilité, et de manière durable. Vous pouvez l’acheter ou le fabriquer vous-même.
  • Écologique et facile à obtenir à l’aide d’un composteur en bois, le compost doit être épandu après désherbage et avant le labour du sol.
  • Une dizaine de litres de compost est recommandée par mètre carré.
  • En hiver, il protège le potager du froid, et en été, il le protège de la chaleur et de la sécheresse.
  • Sa couleur sombre permet au sol de se réchauffer, en captant la chaleur des rayons du soleil, ce qui favorise le développement des plants au printemps. 

Une chose est sûre, lorsque l’on commence à préparer son potager maison, il faut penser à commencer un compost en parallèle. Pour en savoir plus à ce sujet, poursuivez votre lecture avec notre article “Que mettre dans un composteur ?”.

Le fumier

Le fumier est un mélange de déjections animales et de litière végétale. Il existe du fumier de cheval, de vache ou de mouton.

  • Il améliore la qualité du sol et régénère l’humus grâce à ses micro-organismes et à sa paille.
  • Le fumier peut aussi être utilisé comme fertilisant organique pour nourrir la terre. Attention, il est important de composter le fumier avant de l’utiliser si vous ne l’avez pas acheté prêt à l’emploi.
  • Le fumier de cheval est le plus riche en matière sèche (paille), et sera donc d’avantage efficace pour alléger les sols lourds. Vous pouvez l’utiliser mûr lors du bêchage en automne, ainsi qu’avant un semis.

Si vous souhaitez vous procurer du fumier de cheval, il vous suffit de vous rendre dans un club équestre ou de l’acheter en sac.

Les autres engrais naturels

Pendant la culture, vous pouvez utiliser différents engrais totalement naturels comme le purin d’algues, le sang séché, l’extrait de mélasse ou la corne broyée.

Si votre jardin est bien entretenu, vous y trouverez aussi de nombreux vers de terre qui vont travailler pour vous en produisant du lombricompost.

Pour avoir une bonne terre pour carré potager, mélanger aussi à votre terre des substrats ou terreaux adaptés aux caractéristiques de votre sol.

Fondatrice du blog - Solutions Alternatives

exemple description pour site de rencontre site rencontre amicale lyon