Epicerie
Consommer moins et vivre autrement

Février Sans Supermarché

Soutenir une consommation locale

Forcément, en période d’inflation, nombreux sont les foyers à lutter pour remplir leur panier. Le collectif suisse En Vert et contre Tout, à l’origine de l’opération, en est bien conscient. En dépit de ce contexte, les organisateurs et organisatrices ont tenu à rappeler l’importance de cette démarche sur son site internet.

“Nous restons persuadé-e-s que « Février sans supermarché » fait encore plus sens dans ces moments difficiles. Les commerces indépendants, restaurants et petites fermes ont besoin de notre soutien, plus que jamais. Ensemble, nous pouvons agir localement et amorcer un cercle vertueux qui bénéficiera à la collectivité en créant du lien social, en soutenant l’emploi et l’économie locale.”En Vert et contre Tout

C’est aussi ce qui a convaincu Mélissa, 34 ans, de participer à l’opération l’an dernier. Déjà adepte des circuits courts et des épiceries en vrac, elle s’est lancé le défi en février 2022. “Le supermarché c’est vraiment le temple de l’emballage et du plastique. Ça me frappe de plus en plus et je ne m’y sens plus bien du tout. Me lancer ce défi c’était aussi en accord avec mes principes. Il existe des commerces de toutes tailles alors pourquoi toujours privilégier les gros quand il y a plein d’options sympas et plus éthiques ailleurs ?”

“Je ne dis pas que ça a été facile, même quand on est déjà coutumier de ce genre de consommation, confie la Marseillaise. Au final, pour moi, ça a aussi été l’occasion d’apprendre à consommer moins, tout simplement.”

Un budget plombé ?

Photo : Shutterstock

Délaisser les caisses des supermarchés pour consommer plus local plombera-t-il votre budget ? Pas forcément, rassure la jeune femme. “S’il y a des produits comme le papier toilette ou le fromage blanc que j’ai pris l’habitude d’acheter en grande surface pour son prix, d’autres sont carrément moins chers quand on se détourne des grandes enseignes.” C’est notamment le cas des fruits et légumes ou du vrac lorsqu’il est acheté directement auprès des producteurs ou dans des épiceries, assure-t-elle.

Même son de cloche du côté de l’organisation à l’origine du défi. “En remplaçant le jetable par du durable (une gourde à la place de nombreuses bouteilles en PET par exemple) en ne cédant pas au marketing de la grande distribution, mais également en brisant le cliché que seuls les supermarchés pratiquent des prix abordables, on se rend compte qu’écologie rime souvent avec économie”, défend le collectif En Vert et Contre Tout.

https://www.youtube.com/watch?v=CMfK5D-2h2U

Fondatrice du blog - Solutions Alternatives

https://www.solutionsalternatives.org/rencontre-femme-divorc-e-dakar/