remèdes naturelles
DIY / Do it yourself

Remèdes A Fabriquer Soi-Même

Les pastilles pour apaiser la gorge

L’inspiration : les pastilles Valda.

La petite histoire : Les pastilles Valda voient le jour en 1900 à Paris, grâce au pharmacien Henri Edmond Canonne. Ces petites gommes à sucer associent 5 antiseptiques naturels (menthol, eucalyptol, thymol, gaïacol et terpinol) à une pâte molle riche en gomme arabique.

Le succès est rapidement au rendez-vous et dix ans après leur création, les pastilles s’exportent à travers le monde entier. Vendues en pharmacie sans ordonnance, elles ont pourtant le statut de véritable médicament, avec une autorisation de mise sur le marché.

La variante maison :

Ingrédients

150 g de sucre en poudre1 citron3 c. à soupe de sirop de menthe6 feuilles de gélatine à base d’algues 3 gouttes d’HE de menthe poivrée 3 gouttes d’HE d’eucalyptus radié 3 gouttes d’HE de thym à thymol 2 gouttes d’HE de bois de gaïac 2 gouttes d’HE de pin des Landes

Préparation : Mélangez le sucre en poudre, le jus de citron et le sirop de menthe dans une casserole. Faites chauffer le tout à feu vif jusqu’à ébullition.

Hors du feu, ajoutez les feuilles de gélatine préalablement trempées dans un bol d’eau froide et essorées. Sans cesser de mélanger, ajoutez les huiles essentielles, puis verser dans des moules en silicone type bac à glaçons. Laissez plusieurs heures au frais.

Démoulez et détaillez en petits cubes à enrober de sucre cristallisé. A sucer, jusqu’à 6 par jour pour un adulte.

Un baume ultra-efficace contre les coups et les bleus

L’inspiration : le Contre-coups de l’Abbé Perdrigeon.

La petite histoire : Aumônier en chef, attaché au quartier général de Napoléon III, l’abbé Perdrigeon est présent sur les champs de bataille de Solférino et Magenta. Cela fait naître en lui une vocation de soigner, avec un objectif en tête : soulager les blessures des soldats.

En se fiant à la pharmacopée traditionnelle, il met au point un remède à base d’aloès du Cap, de myrrhe et d’oliban (résine de l’arbre à encens).

Ce gel aux vertus anti-œdème, anti-inflammatoire et antioxydante devient vite un « best seller ». Il fait aujourd’hui encore figure de grand classique de la pharmacie familiale, pour soigner les bleus, les contusions et les piqûres d’insecte.

La variante maison :

Ingrédients

20 ml d’huile d’arnica20 ml d’huile végétale de macadamia10 ml de beurre de karité1 c. à café de cire d’abeille10 gouttes d’HE de camphrier10 gouttes d’HE de menthe poivrée10 gouttes d’HE de lavande

Préparation : Faites fondre l’huile d’arnica, l’huile de macadamia, le beurre de karité et la cire d’abeille dans une casserole à feu doux. Hors du feu, ajoutez les huiles essentielles. Transférez le mélange dans un pot stérilisé. Laissez refroidir avant utilisation et garder ensuite au frais.

Une eau tonique pour soulager les jambes lourdes

L’inspiration : l’Eau d’Émeraude

La petite histoire : Conçue au Moyen-Age par des religieuses d’Orléans se mirent à la fabriquer, cette eau s’utilise en friction pour stimuler la circulation veineuse des jambes, pour calmer le feu du rasoir ou pour nettoyer la peau.

Elle doit sa jolie couleur verte, à la macération de sauge, de menthe poivrée et de romarin dans du miel. Au bout de dix jours, le macérât est distillé dans un alambic. Fabriquée comme la recette médiévale d’origine, elle est mise en bouteilles et commercialisée au monastère de Bouzy-la-Forêt.

La variante maison :

Ingrédients

1 litre d’hydromel1 c. à soupe de menthe poivrée1 c. à soupe de sauge1 c. à soupe de romarin

Préparation : Faites macérer les plantes pendant trois semaines dans l’hydromel, à température ambiante. Filtrez et conservez-la à l’abri de la lumière.

Un bain de bouche pour purifier l’haleine

L’inspiration : L’eau de Botot.

La petite histoire : La genèse de ce remède, que l’on trouve aujourd’hui encore en pharmacie, remonte au XVIIIè siècle. Edmé François Julien Botot, médecin du roi Louis XV, s’intéresse à l’hygiène dentaire et buccale. Il met au point une recette de bain de bouche en utilisant des épices (cannelle, badiane de Chine, menthe poivrée et clou de girofle) très à la mode à cette époque.

Cette préparation remporte vite un franc succès et sera souvent copiée. Mais la recette originale passe de père en fils jusqu’au milieu du XXe siècle. L’Eau de Botot rejoint alors l’entreprise du pharmacien Rogé Cavaillès.

La variante maison :

Ingrédients

13 ml d’HE de lavande vraie13 ml d’HE de menthe poivrée14 ml d’HE de citron5 ml d’eau de rose5 ml de vinaigre d’alcool18 ml d’alcool à 90°

Préparation : Mélangez les ingrédients et laissez-les macérer pendant une journée. Versez ensuite dans un flacon de 75 ml.

Utilisez ce bain de bouche après le brossage des dents, à raison d’une cuillère à café diluée dans un verre d’eau, une fois par jour. Ne pas avaler et ne pas laisser à la portée des enfants.

La tisane laxative pour améliorer le transit

L’inspiration : les dragées Fuca

La petite histoire : Toute la renommée de ce remède anti-constipation repose sur la découverte par les colons, au XIXè siècle, d’une plante, la cascara, traditionnellement utilisée comme purgatif sur la côte Nord de la Californie.

Ce laxatif a fait l’objet d’une publicité très exagérée qui le présentait comme remède amaigrissant dans les années 1970 ! Aujourd’hui, son emploi est plus encadré : une prise ponctuelle dans les cas de constipation passagère et non chronique et ce en dernier recours, lorsque les mesures hygiéno-diététiques n’ont pas fait effet…

La variante maison :Ingrédients

½ c. à café de bourdaine1 c. à café d’anis vert1 c. à café de racine de guimauve25 cl d’eau

Préparation : Faites bouillir l’eau avec la bourdaine et la racine de guimauve pendant 4 à 5 minutes. Retirez du feu et ajoutez l’anis vert. Laissez infusez 10 minutes puis filtrez. Une tasse le soir au coucher.

Un vinaigre apaisant pour soulager les peaux irritées

L’inspiration : le Vinaigre des 4 voleurs.

La petite histoire : En 1628, lors de la grande épidémie de peste qui sévissait à Toulouse, 4 voleurs découvrirent comment détrousser les victimes sans être eux-mêmes contaminés.

Ils se frictionnaient le corps avec une macération de plantes dans du vinaigre, potion qui éloignait d’eux le bacille de la maladie. Les malfrats s’étaient inspirés d’une recette du XVIe siècle inventée par des moines franciscains. Cette histoire fit grand bruit et le remède passa peu à peu dans la consommation courante, comme recette pour assainir les maisons, comme antiseptique naturel et lotion anti-poux.

Plusieurs recettes de vinaigre médicinal existent encore aujourd’hui, pour adoucir l’eau du bain, faire briller les cheveux, calmer les démangeaisons et les piqûres de moustique, traiter la sécheresse de la peau et diminuer l’acné.

La variante maison :

Ingrédients (plantes sèches)

20 g de romarin 20 g de lavande 20 g de sauge 20 g d’absinthe 20 g de rue 20 g de thym 20 g de menthe 3 g de muscade en poudre 30 clous de girofle ou 3 g de poudre de girofle 3 g de cannelle en poudre 3 gousses d’ail 5 g de camphre 1 litre de vinaigre de cidre

Préparation : Mélangez tous les ingrédients dans un récipient, couvrez-le et laissez macérer à température ambiante 10 à 15 jours. Filtrez et versez dans une bouteille. Conservez au frais et à l’abri de la lumière. Versez une cuillère à soupe dans l’eau du bain ou utilisez une cuillère à café en friction sur les cheveux, la peau…

Un mélange à diffuser pour purifier l’atmosphère

L’inspiration : le papier d’Arménie.

La petite histoire : En 1885, une chimiste français, Louis Ponsot, voyage à travers l’empire ottoman jusqu’en Arménie. Il y découvre le rituel local qui consiste à assainir l’air intérieur en faisant brûler du benjoin dans les maisons.

De retour en France, il met au point un procédé, aujourd’hui encore partiellement secret, permettant de dissoudre le benjoin dans de l’alcool, d’y rajouter des essences naturelles et d’imprégner le mélange obtenu sur des feuilles de buvard. Une fois séchées, ces feuilles sont mises sous presse puis découpées et assemblées en carnet.

Très vite, les pharmaciens font la promotion de ce produit pour lutter contre le virus de la grippe. 120 ans plus tard, le papier d’Arménie est toujours fabriqué à l’ancienne, à Montrouge en banlieue parisienne.

La variante maison :

Ingrédients

25 cl d’eau30 gouttes d’HE de tea tree10 gouttes d’HE d’eucalyptus radié

Préparation : Mélangez l’eau et les huiles essentielles dans une bouteille munie d’un spray. Agitez avant de vaporiser pour assainir l’air.

Fondatrice du blog - Solutions Alternatives

femme rencontre homme namur rencontre fille yaounde