Nouveau Livret Avenir Climat

Les premières ébauches laissaient entrevoir des rendements à long terme supérieurs à ceux du livret A, une sécurité renforcée ainsi qu’une fiscalité avantageuse, à l’instar du PEA.

La Caisse des dépôts était désignée pour superviser l’affectation des fonds. Cependant, la sénatrice Christine Lavarde, citée par Le Parisien, a soulevé des interrogations quant aux détails essentiels entourant ce produit d’épargne : son fonctionnement, sa gestion et le rôle de l’État dans son financement. L’éclairage a finalement été apporté.

Une redéfinition de l’épargne défiscalisée

L’initiative d’un financement initial de l’État, via un abondement, a été reléguée au second plan. Néanmoins, les dépôts sur ce livret d’épargne jouiront d’une exemption fiscale, conférant ainsi à ce produit un attrait certain auprès des épargnants.

Une analogie se dessine alors avec les très populaires livret A et Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS) au sein des foyers.

Le retrait de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), qui s’est désengagée du projet, a insufflé une dimension hybride au plan d’épargne Avenir Climat, fusionnant les caractéristiques d’un plan d’épargne retraite à celles d’une assurance vie.

Les banques et les assureurs auront un rôle pivot, investissant les fonds dans des produits labellisés ISR (Investissement Socialement Responsable) ou Greenfin.

L’écologie au cœur de la stratégie

À terme, le gouvernement prévoit que le plan d’épargne Avenir Climat surpassera le Livret A en termes de rendement. Tout en sachant que le rendement n’est pas gravé dans le marbre, un plafond de dépôts a été fixé à 22 950 euros.

Les fonds seront immobilisés jusqu’à la majorité du titulaire ou pendant au moins cinq ans après l’ouverture du compte, pour un mineur.

À noter que le compte se clôturera automatiquement au seuil des 30 ans du titulaire, les dépôts ne pouvant s’effectuer que jusqu’à l’âge de 21 ans.

Avec le Plan d’Épargne Avenir Climat, le gouvernement a l’espoir d’amasser jusqu’à un milliard d’euros annuellement. L’objectif sous-tendant ce plan est de financer la réindustrialisation décarbonée de la France en mobilisant l’épargne privée.

Les capitaux accumulés dans le cadre du plan d’épargne Avenir Climat seront injectés dans des entreprises « vertes », soutenant des projets tels que l’énergie éolienne, les pompes à chaleur et l’énergie solaire. Ceci viendra renforcer l’engagement de la France en faveur d’une transition écologique pérenne.

  • Le Plan d’Épargne Avenir Climat vise à mobiliser l’épargne privée des jeunes (âgés de moins de 21 ans) pour financer la transition écologique.
  • Annoncé mi-mai, il allie rendement, sécurité et durabilité.
  • En s’inspirant des livret A et LDDS, les dépôts seront défiscalisés.
  • La Caisse des Dépôts se retire, offrant une hybridité entre plan d’épargne retraite et assurance vie, investissant dans des produits ISR via des banques et assureurs.
  • Selon le gouvernement, le rendement de ce nouveau plan dépasserait celui du Livret A.
Retour en haut